35 jours sans nuit

28 juin 2017

Mercredi 28 juin. Kirkenes. Épilogue.

2017-06-26 21


Résumé des 3 derniers jours.


Lundi 26 juin : super, le soleil est revenu, Louison nous accorde encore sa matinée pour partager la visite de Gjesvær.
Gjesvær : un nom à retenir. Petit village qualifié de plus septentrional sur la planète, situé à l'ouest de l'île de Magerøya (île du Cap Nord), il fait l'objet d'éloges de tous les guides. (En fait, le plus septentrional, c'est Skarsvåg, le village de notre lieu de camping).
En dehors du côté mythique que représente le site du Cap Nord, c'est bien vers Gjesvær que les touristes devraient se diriger.

2017-06-28 09


Une trentaine de kms en voiture, à travers lacs gelés et montagnes pelées, Louison pile quand Bernard réclame un arrêt soudain, et le temps de penser qu'il s'agit d'un besoin pressant, Bernard est déjà dans l'eau. Éclats de rire, moment de complicité, photos pas montrables sur un blog, Nicole va à sa rencontre sur la banquise... on sent l'ambiance des derniers jours de classe,  les élèves sont dissipés.

2017-06-28 00

 

2017-06-28 00


Gjesvær ne nous déçoit pas. Village reculé de pêcheurs, peu de tourisme, à l'opposé de ce qui se passe tout en haut au Cap avec les rotations permanentes de cars qui déversent des milliers de touristes chaque jour.
Après un repas morue au bar de pêcheurs, Louison nous quitte, il lui reste 1300 kms pour rendre son auto à Bodø et s'envoler vers son chéri.

Et nous?
Avoir atteint l'objectif qu'on s'était fixé ne nous a pas coupé les jambes.
Le lendemain de notre descente frigorifiée du cap nord, notre vie de cyclo continue, et pendant que Nicole et Bernard se font une marche romantique autour de Skarsvåg, Gigi et moi reprenons le vélo pour un nouveau tour de manège. Ultime occasion de toucher le Cap Nord et ses 71°10'21".

2017-06-27 23


On est très fiers de notre grimpette menée à 15 km/h, mais ça ne dissipe pas le brouillard qui est revenu sur le haut, on y voit que pouic, on va rester sur nos belles impressions de 2013 pour imaginer un vrai soleil de minuit.

La suite de l'histoire :
Mardi 27 juin : descente dans la brume, le froid, la pluie et le vent, pour prendre le bateau pour Kirkenes - Nicole est gelée - , célébration anticipée de l'annidenini.
Mercredi 28 juin : récupération de cartons pour emballer les vélos, dernier hytter à 100m de la frontière russe. Une consigne : ne pas s'égarer dans la brume.

2017-06-28 17


Jeudi 29 juin : envol pour Genève.

Une facon progressive de reprendre le train-train quotidien.
Et alors ? Le bilan ?

2 mois de vadrouille, la tête se sent bien et les jambes ne connaissent toujours pas la fatigue.
J'ai envie de dire 'merci la vie' de m'avoir offert ce cadeau, et merci aux anges gardiens qui l'ont rendu possible.
Aucun incident, des solutions à tous les problèmes - c'est magique.

Fallait oser ... mais ce n'était pas si difficile, après 40 années de pratique progressive de ce genre de randonnée, sans oublier mon tour de France 2016 réussi avec l'aide de tous ceux qui m'ont accueilli.
Passer de 8 jours à 2 mois en demi solitaire, ça devient seulement une affaire de préparation.

Chacun le sait : on fait le voyage avant, pendant et après.
Le blog - quelle que soit sa forme -  est une bonne façon de soutenir la démarche.

Et dans les mercis. ...
Merci à Evelyne qui m'a soutenu dans ce projet, au point de m'aider à traverser l'Allemagne, une traversée parfois éprouvante par les conditions météo.

2017-05-02 22


Merci Estelle d'avoir pris 1 semaine de tes précieuses vacances pour passer ensemble le Danemark, une météo difficile et des étapes longues et monotones.

2017-05-17 23


Merci à Louison pour ce final inattendu et chargé d'émotions. Too much.

IMG-20170628-WA0021


Et à mes 3 potes d'aventure partielle - Gigi depuis 40 ans, Nicole et Bernard depuis toujours. Et à Christian qui n'est pas venu, mais qui n'est jamais resté bien loin.

20170621_104945


Merci à mon frère Marcel qui s'est occupé de régler tous les problèmes laissés en France.

IMG-20170628-WA0014

Un voyage qui évoque une entreprise familiale - Gigi en fait partie.

Merci à Atle du magasin G-sports à Kirkenes, qui a mis de côté les cartons pour emballer les vélos,  livrés directement à l'aéroport.

Merci à Macha pour la surprise de Heilbronn.


Ne pas oublier le docteur Blunier qui effectue chaque année les contrôles, et le patron des cycles Ottinger de Gingins, qui a bricolé nos porte bagages pour transformer nos vélos de course en vélos de rando.


Et les lecteurs et commentateurs du blog,  une façon de rester en contact, c'est important pour la motivation.

Si j'avais su... je l'aurais fait pareil.
Et pourquoi pas le retour ?
Parce qu'il faut aussi savoir s'arrêter,  se poser, passer à autre chose.
C'est comme un bon roman dont on tourne la dernière page. Ça ne vient à l'esprit de personne de le relire à l'envers !


Alors salut !

2017-06-28 09

 

Posté par jagich à 09:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 juin 2017

Lundi 26 juin. Skarsvåg. Intermède.

Par suite de décalage horaire indépendant de notre  bonne volonté,  la parution du dernier épisode de ce voyage est différée à ce mercredi 29 juin.

 

En attendant, quizz pour tous.

A qui appartiennent ces belles jambes ?

IMG-20170627-WA0001

De gauche à droite...

1.

2.

3.

 

 

 

 

Posté par jagich à 21:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 juin 2017

Dimanche 25 juin. Havøysund - Nordkapp - Skarsvåg. Km 5,010.

L'arrivée surprise de Louison hier soir a créé une ambiance festive qui s'est traduite par un repas de fin d'étape sur le site de l'Arctic View de Havøysund.

Le restaurant est situé au cap, près d'un réseau presque germanique d'éoliennes,  avec une vue imprenable sur la mer.

2017-06-26 00


On décide de faire de cet endroit notre 1er cap nord.
On se laisse guider par le chef sami assez fort pour nous imposer son menu - King Crab, renne aux airelles, bière, akewihtta, chianti. C'est trop bon.

2017-06-26 00


Un moment chaleureux passé en compagnie de notre logeuse Claudine et son mari Jan Erik qui se joignent à nous.
Tous deux ont développé une activité touristique en mettant à disposition chambres ou chalets/hytters,  avec location de bateaux pour pratiquer la pêche. Les clients s'installent en général  pour la semaine, tout est organisé pour qu'ils puissent ramener leur pêche chez eux.
Ça marche tellement bien que le mari, pêcheur professionnel pendant 16 ans, a abandonné ce dur métier - trop souvent seul, confronté à l'obscurité, le froid, la pluie, le vent, la mer.
A la demande, ils pourraient proposer, hors saison touristique, stage de pêche aussi bien que retraite en méditation sur île voisine presque déserte.
Un contact vrai, à découvrir. (www.claudine. no).

Au réveil ce dimanche, 2 heures de bateau croisière Hurtigruten, pour arriver à Honningsvåg.
D'après la météo, il semble qu'on arrive à réunir aujourd'hui vent, pluie et froid. Il faut se convaincre que les intempéries font partie du voyage. Une cyclo  Norvégienne quitte le bateau avec nous, elle va prendre le bus car quelqu'un lui a dit qu'il faisait -1 au cap nord, attention au verglas !

Ne jamais écouter les autres !

On attaque notre montée en 2 temps :
. 21 kms pour se rendre à Skarsvåg, notre 'camp de base' où on dépose nos affaires.
. 13 kms pour se rendre au Cap,  altitude 300.
Au total, 1000 mètres de dénivelé.
Avec Louison et son enthousiasme communicatif pour nous soutenir, c'est gagné.
La pluie ne nous dérange pas car le vent sèche rapidement les gouttes de pluie
Le froid ne nous dérange pas car on a un équipement bien adapté.
J'admets (difficilement car je n'arrive pas à être à la fois juge et partie) que les rafales de vent sont parfois à la limite de ce qu'on peut gérer sur un vélo.
Et ça passe, en moins de 2h30, on y est.

2017-06-26 00


En résumé :
Arrivée au Cap Nord à 16 heures.
Latitude 71°10'21"
Vent fort mais supportable.
Pluie fine.
Température 2 degrés.
Brouillard.

2017-06-26 00



Séances photos autour du Globe, Louison nous joue l'Arnaque, échanges whatsapp, c'est festif, visite de la boutique souvenirs  - difficile d'y échapper - on tourne en rond, et au bout d'une heure, on attaque la descente, un peu stressante dans les rafales du début, on rejoint notre hytter, Louison a pensé au champagne - elle pense à tout, Louison.

2017-06-26 00



Fin de soirée seuls dans l'auberge du père Noël (le vrai) à Skarsvåg, ce n'est même pas un piège à touristes,  c'est bon, les King Crabs viennent de la pêche - au large du cap nord - du mari de la patronne, c'est frais c'est parfait.
Incroyable, on en laisse des pattes.
Le mot de la fin revient à Gigi :

Le King Crab c'est comme le vélo, 

c'est une affaire de casse pattes.

2017-06-26 13


Il nous reste maintenant 2 jours de bonus pour faire durer le plaisir.
Et digérer tout ça.

 

2017-06-25 16

 

Posté par jagich à 16:54 - Commentaires [10] - Permalien [#]
24 juin 2017

Samedi 24 juin. Olderfjord - Havøysund. Km 4,960.

Je me dis que c'est la dernière étape, puisque demain 9h, Hurtigruten nous fait faire le dernier saut de puce de Havøysund à Honningsvåg, pour arriver sur l'île du Cap Nord. Demain, ce sera du bonus.

Olderfjord - Havøysund - Honningsvåg est un triangle.
On a préféré la formule 'Havøysund et bateau pour Honningsvåg", en suivant la côte ouest, plus sauvage et plus érodée, sur une petite route tranquille peu fréquentée, puisque Havøysund est un cul de sac.
Itinéraire plus agréable et moins risqué que la route directe vers Honningsvåg, trop fréquentée, avec son tunnel de 10 kms sous le fjord, humide, pentes à 10% à l'entrée et à la sortie. Pas drôle.

Pour cette dernière étape,  chacun son objectif :
. Jack aimerait mettre un visage sur la voix de Claudine, notre hébergeuse du soir, très chaleureuse au téléphone.
. Nicole,  habituée aux baignades hivernales du lac d'Annecy, se dit que c'est le moment ou jamais.
. Gigi aimerait grimper sur un congère.
. Bernard aimerait que le moyeu de sa roue avant tienne le coup jusqu'à l'arrivée.

Mais personne n'a imaginé que c'est la chanson poétique de Louison qui va inconsciemment piloter notre journée.
'Pédaler pour se retrouver' !
(Texte joint).

2017-06-24 18


Pour résumer l'étape :
. Une des plus belles, les courses avec les rennes, les colonies d'oiseaux, les rennes qui nous épient dans leur tenue de camouflage,

2017-06-24 18


. La traversée du premier plateau, tôt le matin, vent arrière, montée en pente douce, soleil bien chaud dans le dos, ça fait longtemps qu'on n'avait pas vu le soleil.

2017-06-24 18


. Les premiers kms entre mer et rochers, une côte érodée et déchiquetée, des couleurs pures, ciel bleu

2017-06-24 18


. L'aigle qui nous montre le chemin.
. Le moment d'escalade dans les congères

2017-06-24 18


 . Le pique nique au pied de la dernière montée. Une petite plage à laquelle Nicole résiste, Gigi ne résiste pas à la sieste.

2017-06-24 18



La fin d'étape est aussi belle qu'inattendue : elle est grande, elle est belle, ses cheveux flottent au vent, elle sort de sa voiture en disant "je prendrais bien une bière avec vous", elle me serre dans ses bras - surprise surprise, bonjour papa - mais c'est Louison !!!!!!
Louison vient de parcourir 1300 kms en solitaire depuis Bodo, camping sauvage dans le froid glacial de la nuit, elle nous rattrape aujourd'hui pour vivre ensemble le dernier coucher de soleil.
Un moment unique dans sa vie et dans la mienne.
Je me dis que c'est chouette,  les surprises.

Hébergement en nature sauvage, au bout d'un petit fjord face au soleil couchant. Louison et Claudine se sont entendues pour nous trouver ce petit paradis à 7 kms de Havøysund. Claudine et son mari dégagent toute la chaleur humaine qui convient à ce moment. La bière partagée a bon goût. 

Claudine Gjesthus - une adresse à retenir à Havøysund.


---------------------------------------------------------

CHANSONS NEHEMIE D'AKKADÉ - MATHIEU BOOGAERTS

Nehemie d'Akkadé 
Nehemie d'Akkadé 
Nehemie d'Akkadé 
Nehemie... 

Tu t'es jamais demandé c'qui l'avait inspiré 
A inventer la roue, à la fabriquer 

C'qu'il avait imité, avait su mélanger 
Fallait Ítre un peu fou pour pouvoir l'inventer 

Lune 
C'était p't'être la lune 
Qu'il avait vue ronde 
Qu'il avait vue tourner 
Pourquoi pas la décrocher ? 

Mais qu'est-ce qu'avait pu l'amener à vouloir s'en aller 
C'était quoi son projet, tu t'l'es jamais d'mandé ? 

Pédaler, aussi vite que l'éclair 
Pédaler, dépasser la frontière 
Pédaler, faire le tour de la terre 
Pédaler, aussi vite que l'éclair 
Pédaler, dépasser la frontière 
Pédaler, pour te retrouver 

Nehemie d'Akkadé 
Nehemie d'Akkadé 
Nehemie... 

Tu t'es jamais demandé c'qui l'avait décidé 
A inventer la roue, à la fabriquer 

C'qu'il s'était avancé, avait su retourner 
Fallait être un peu fou pour vouloir l'inventer 

Lune 
C'était p't'être la lune 
Qu'il avait vue ronde 
Qu'il avait vue tourner 
Pourquoi pas t'la promettre ? 

Pédaler 

Posté par jagich à 18:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 juin 2017

Vendredi 23 juin. Alta - Olderfjord. Km 4,871.

2017-06-23 18


On a eu hier soir à 23 heures notre premier rayon du soleil nouveau, qui a fait monter d'un coup la température de 8 à 11 degrés. Certains auraient immédiatement levé le camp pour profiter de ce rayonnement nocturne. Pédaler pour se retrouver.
Pas nous.
Dès l'apparition du soleil, on a fermé les persiennes, et on s'est dit 'bonne nuit à demain 7 heures'. Comme si on allait retourner au boulot.

D'attaque à 8h30 pour une journée spéciale, qui inclue 80 kms de traversée d'un plateau sibérien, on commence par un stop à la cathédrale d'Alta connue comme la cathédrale des aurores boréales. Avec un clocher qui donne l'impression d'être à la base de l'éclairage du ciel, c'est à voir.

2017-06-23 18


Pour l'intérieur, il faudra revenir à 10 heures. Un jour ?

Une dizaine de kms agréables au milieu des forêts de pins, comme dans les Landes, la journée commence vraiment bien pour nous. Mieux que pour notre rencontre du matin : un pauvre anglais parti de Kirkenes, il y a 6 jours, il a connu le froid, la pluie, la neige. Et l'incident mécanique aussi, puisque la pédale est cassée et le pneu arrière sort de la jante. Cerise sur le gâteau : à la recherche d'un réparateur, il pense que les magasins sont fermés pour les 3 prochains jours, car ce vendredi est en Norvège la fête de l'été.  Je pense qu'il n'est pas arrivé à Gibraltar....

2017-06-23 18


La montée sur le plateau, altitude 400, se fait en 2 bonds, en alternance de raidillons et de reposoirs, à travers les bouleaux, pour déboucher sur le plateau au milieu de petits lacs et de ruisseaux dans un paysage qui marque : entre les plaques de neige, une végétation rase, sèche, la visite des rennes, c'est la toundra ? C'est beau à condition que ça ne dure pas trop longtemps.

2017-06-23 18


La saison de ski est terminée, il reste quelques incorruptibles en moto neige qui n'arrivent pas à lâcher prise, mais la neige a bien fondu.

2017-06-23 18



Ce n'était pas l'étape la plus facile - 115 kms, 1000 mètres de dénivelé - avec une difficulté accrue par le vent - chez nous on dirait la bise - pas violent mais bien frais et constant, un ressenti de température interprété différemment par chacun, entre 3 et 7. Christian dirait "c'est pas pire". Et ce soir, on se sent bien usés, j'en entends un qui ronfle fort pendant que j'écris ces lignes. Attention la cuisine ferme à 20 heures!
 
Notre camping est situé à un point central touristique de la région, près du magasin de souvenirs et de la gare de triage des bus. On arrive au mauvais moment : c'est la panique,  ils sont au moins 200 à tourner dans tous les sens. Par la force des choses (la réception du camping est à la caisse de la boutique magique souvenirs), on s'intègre dans la foule.
Dès qu'ils ont quitté le bus, les touristes ont 30 minutes pour faire leurs achats, il fait faire vite. On a déjà vécu cette scène hier au musée de Alta,  c'est terrifiant de penser qu'on ferait à leur place exactement la même chose. Nicole rit à entendre les réflexions de chacun, style "j'ai vraiment pas envie de leur ramener encore quelque chose qui va pas leur plaire.....". Ou bien "il faut que je trouve un truc pour 50 NOK, je vais quand même pas ramener cet argent étranger à la maison".
Et tout d'un coup, je me surprends à me dire, en pensant à ce que j'ai acheté hier "j'espère qu'elles vont aimer ce que je leur ai trouvé "....
On est tous les mêmes, avec ou sans vélo.

2017-06-23 18


 

Posté par jagich à 19:06 - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 juin 2017

Jeudi 22 juin. Langfjordbotn - Alta. Km 4,755.

2017-06-22 18


On a du mal à imaginer la canicule en France. Après une journée passée avec une température constante de 8 degrés,  on se demande si l'été a déjà commencé ici.
En file indienne face au vent du nord, chacun est dans sa bulle ce matin, à se demander à quel froid on va se faire geler. Un itinéraire entièrement fjord, pas spécialement scénique, mais roulant. Il faut en profiter car c'est notre dernier fjord, puisque demain on traverse les hauts plateaux, samedi on longe la mer, et dimanche on est sur l'île du Cap Nord.

Quelques souvenirs du jour :
. le passage devant le faux camp de vrais samis, ceux qui voient passer des troupeaux de touristes - mais où sont les bons vieux troupeaux de rennes?

. Le troupeau de 2 vaches - c'est tellement rare.

2017-06-22 17


. le percement du tunnel au cap, on pourra le prendre si on revient dans 4 ans. Travaux d'Hercule !

2017-06-22 17

. la petite église de Kvenvik, et son hommage aux travailleurs des mines de cuivre.

2017-06-22 17


. les aventures du cuirassé Tirpiz - voir Routard
. une légère frustration quand même, à une vingtaine de kms de l'arrivée, quand on aperçoit un pont qui a vraiment belle allure, il débouche sur un tunnel interdit aux cyclistes.

2017-06-22 17


. le détour par la montagne, qui nous permet d'aller (enfin) nous réchauffer au klubb house du golf local, un bon moment d'échange avec un travailleur du golf qui nous explique les samis,  les troupeaux de rennes,  les saisons, la météo, le site yr.no.

Une journée passée sur le thème des samis, on est entré dans leur territoire le Finmark, 75000 habitants, et certainement plus de rennes.

2017-06-22 17



Notre camping de Langfjordbotn nous a présenté hier, dans la maison de la grand mère, une expo brève mais intéressante sur la vie des peuples samis.

La grand mère a de quoi être fière de ce qu'est devenu son domaine, et de la gentillesse de son petit fils qui nous réserve un accueil des plus chaleureux.

2017-06-22 17


Quelques notes tirées de ci de là sur samis et Finmark :

Au Finnmark, la puissance de la Terre tombe sous le sens. L'hiver, la nuit polaire enveloppe tout, les aurores boréales enflamment et drapent le ciel de rouge profond, de vert tendre, de blanc laiteux. L'été, le soleil de minuit brille. Soudainement, les nuages se font gris anthracite ou rose poudré, le vent cingle les visages, le brouillard enserre les corps, les vagues se brisent contre des falaises acérées ou déferlent sur des langues de galets.

"Mon père, éleveur de rennes, avait une vision animiste du monde. Il pensait, comme nombre d'anciens, que cette nature prégnante possédait une âme et que les montagnes, les rochers, les lacs pouvaient aider les gens qui leur adressaient des prières”, confie Esther Utsi, la chamane aux yeux doux et perçants.

Une expo qui inspire admiration et respect.

Je me dis que, nés à notre époque sur notre méridien et à notre latitude, on s'en sort pas trop mal.
Et que si j'étais un renne,  je n'aimerais pas être un garçon.

 

2017-06-22 17

Posté par jagich à 18:24 - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 juin 2017

Mercredi 21 juin. Gildetun - Langfjordbotn. Km 4,671.

2017-06-21 09


On a bien fait de mettre les vélos à l'abri cette nuit, ils ont été épargnés par la neige. Un 21 juin !

2017-06-21 07

 


Ça me rappelle le même 21 juin en 2010, on avait passé la nuit à Val d'Isère, la neige couvrait les pistes au réveil. Des touristes avaient tenté de nous arrêter (sans succès) dans notre ascension vers l'Iseran. Ce qui prouve scientifiquement que l'altitude 400 ici est l'équivalent de 2800 chez nous.

2017-06-21 16


Une étape brève - moins de 60 kms - , car on a fait hier la montée de Gildetun initialement prévue aujourd'hui. Intuition, pressentiment ? On est content d'éviter une montée sous la neige.

2017-06-21 16

2017-06-21 16


C'est le jour le plus long de l'année, mais que signifie 'le jour le plus long' quand la nuit n'existe pas?

La seule difficulté du jour : après notre descente de Gildetun, on envisage un nouveau rendez vous avec la neige à Kvaenangen, altitude 300, mais le temps change vite, on crève de chaud par +7 quand on arrive au col.
Quelques gouttes de pluie froide dans la descente,  arrêt super marché - café - réchauffement au pied du col, avant l'attaque des 20 derniers kms dans la montagne pour passer au fjord suivant.

2017-06-21 16


Rencontre au super marché de notre première Hollandaise, celle qui sait tout et veut absolument nous montrer son vélo, ses sacoches, son caddie, son itinéraire, son wifi .... On s'en sort bien, ça s'arrête là, nos trajets vont en sens inverse, elle descend vers le sud. Elle dispose d'un livret rédigé par un autre Hollandais qui raconte tout sur le trajet Cap Nord : itinéraire, camping, ferry, bus, train, météo. Tout a été traduit en Français, disponible sur le site www.europafietsers.nl.

Arrivée à Langfjordbotn dans le hytter le plus chaleureux qu'on ait rencontré. Une affaire familiale qui appartenait à la grand mère décédée il y a 40 ans, l'accueil est amical, le chalet cosiment chaud, la grand mère doit être fière.

2017-06-21 16



Une révélation m'est parue évidente dans la montée du dernier col :  il n'est pas facile de retenir les noms des lieux, mais ça se simplifie quand on sait que :
. botn signifie le bout, la fin
. hamn signifie le port (pas le cochon)
. fjord signifie fjord
et que ces 3 mots ont inspiré une grande majorité des places que l'on a traversées.


Ainsi, on dort ce soir à lang-fjord-botn. Rien à voir avec le bout du fjord de l'instigateur de la fête de la musique qui se déroule ce soir. 


Et maintenant, musique !

IMG-20170621-WA0013

 

Posté par jagich à 16:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 juin 2017

Mardi 20 juin. Lyngseidet - Gildetun (alt 400). Km 4,613.


Tout commence aujourd'hui par une croisière en bateau pour Olderdalen.  45 minutes de doux repos, en compagnie des cars de tourisme qui commencent à affluer. Le Cap Nord approche !
Une journée qui s'annonce fraîche, la pluie n'est pas loin mais il semble qu'elle soit passée avant nous.

2017-06-20 18

2017-06-21 17


Toujours le long d'un fjord, dans un paysage nouveau, moins sauvage, plus de végétation, un arrière plan tout blanc qui étale une chaîne interminable de montagnes encore enneigées. Le Lyngen est un paradis pour le ski de randonnée. L'accès aux domaines peut se faire en bateau, la vue des fjords entourés de neige combinée aux aurores boréales attire un tourisme planétaire très pointu, on y vient de partout,  de France bien sûr,  mais aussi du Japon, Hong Kong, .... Avec des températures pas si froides de -5 à -10 en hiver, la seule question reste le vent. Silence, sourire, pas de réponse.

2017-06-20 18



En ce moment,  c'est morte saison, heureusement quelques cyclistes sont de passage pour mettre l'animation sur les routes. On a rejoint la E6, celle qu'on a réussi à éviter jusque là. C'est maintenant la seule route pour monter vers le nord, la circulation est faible, on peut rouler tranquille en toute sécurité, dans un paysage dont on ne se lasse toujours pas.

Arrêt pique nique à Sørkjosen, on s'installe sur un banc près de l'eau, on gèle, pique nique interrompu, on se réfugie au café, de grandes tasses bien chaudes, c'est pas très bon mais ça réchauffe les mains.

En fin d'étape, décision d'en rajouter une couche en poussant jusqu'à Gildetun, un col qui domine le carrefour des fjords, tous les cars y font un arrêt photo. Pour nous, ce sera l'arrêt dodo, dans un gîte comme on les aime. Une vue imprenable. Une récompense qu'il faut mériter, 400 mètres de montée en 6 kms, c'est régulier, les jambes sont bien rodées - facile.

2017-06-20 18

 


Et demain, jour le plus long, on aura une des étapes les plus courtes,  puisque réduite de 25 kms.

2017-06-20 18


Notre nuit sur le toit de ce monde de fjords s'annonce toute bleue.

2017-06-20 19


Avec un clin d'oeil à Jacqueline partie pour un long voyage.

Posté par jagich à 19:09 - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 juin 2017

Lundi 19 juin. Ersfjordbotn - Lyngseidet. Km 4,525.

2017-06-19 16



On quitte Ersfjordbotn heureux d'avoir passé une nuit de plus au bout du monde.
On le réalise pleinement au 20ème km ce matin, à l'entrée dans Tromsø. On avait oublié... la circulation,  le bruit,  les gens pressés qui n'ont pas le temps de laisser passer les cyclistes.

2017-06-19 16


Tromsø se réveille de son midnatsol marathon, on visite la ville en ne s'écartant pas de la ligne bleue encore toute fraîche qu'ont suivie les héros de la veille. Peut être en faisant chacun 10 kms, on aurait pu participer nous aussi !

Arrêt dans une boutique de location de vélos pour jeter un oeil à mon dérailleur, j'ai des sauts de chaîne.  Ce genre de vélo n'est visiblement pas leur truc, mais un employé Français - Benjamin, originaire d'Annecy, ex easyjet à Ferney Voltaire, guide ski bateaux en hiver, tout pour plaire à Bernard - jette un oeil, me montre comment tendre ou détendre le câble du dérailleur.  Seconde leçon de mécanique en 15 jours.

2017-06-19 18


A savoir : la boutique s'appelle Tromsø Outdoor, Sjogata 14, elle permet de louer un vélo à Tromsø et le laisser dans un des ports où passe Hurtigruten.

2017-06-19 18


En quittant la ville après le pont, arrêt obligatoire à la cathédrale,  une belle architecture moderne en forme de dièdre, originalité des vitraux et de l'orgue, on retrouve l'empreinte du design nordique.

2017-06-19 16

 

2017-06-19 21

Benjamin n'est pas là quand mon tendeur se coince dans ma roue arrière, là où il faut pas. Ce sont les doigts de Bernard qui assurent la 3ème leçon de mécanique, facile, ils ont l'habitude de couper des cordes. Et Nicole a toujours quelques lingettes pour nettoyer le cambouis.

IMG-20170620-WA0012


Ça se corse quand j'arrive à Fagernes, 25 kms après Tromsø.  Le câble du dérailleur me lâche  - en fait c'était là mon problème de sauts de chaîne - mes vitesses sont bloquées sur le petit pignon, je sais que je n'arriverai pas au Cap Nord dans cet état.

2017-06-19 16


Je décide de retourner à Tromsø, mon ange gardien arrête un bus scolaire sous mes yeux, le chauffeur m'accepte à bord avec mon vélo,  et me voilà au milieu des enfants qui veulent tout savoir de mon trip. Impressionnant de voir avec quelle facilité ils échangent en anglais. Facile.
Et en plus, ils me donnent le nom du magasin de vélo, et les numéros de bus pour revenir.  "Merci les enfants, you're saving my trip".

2017-06-19 17


La suite se passe comme dans belles histoires. Le marchand de vélo n'a pas le temps de s'en occuper  cette semaine  (!!!), mais il connaît Annecy où il a pratiqué le cross country skiing, et il ferait bien la Transjurassienne et finalement il trouve 5 minutes pour changer le câble.

Et bien qu'après 49 minutes de course poursuite je rate le bateau de 3 minutes, c'est une happy end, on sera bien 4 à partager la bacalao ce soir.

Posté par jagich à 18:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 juin 2017

Dimanche 18 juin. Hamn i Senja - Ersfjordbotn. Km 4,427.

2017-06-18 19


De belles couleurs d'orage au réveil,  on sait que quelque chose va se passer, mais on ne sait pas à quelle heure.

2017-06-18 14


Départ dans l'euphorie du petit coin de paradis que l'on quitte. Quelques kms agréables entre mer et rochers, premiers tunnels de la journée, pas toujours bien éclairés, on a même la chance de vivre un bref passage dans le noir absolu. C'est bon pour la méditation.

2017-06-18 14


Très vite, la route s'élève, une pluie fine et légère se met à tomber, 300 mètres de dénivelé en moins de 3 kms, double récompense en haut du cirque : un lac de montage en plein dégel, et 2 kms de tunnel qui débouchent sur un point de vue géant sur le fjord.

2017-06-18 14


Et ça s'enchaîne comme ça de fjord en tunnels jusqu'au port de Botnhamn, en passant par la plage d'Ersfjord qui doit être merveilleuse par beau temps.
On apprécie les rencontres de plus en plus nombreuses de cyclistes, toujours les mêmes histoires qu'on est capable de tourner et retourner dans tous les sens. Mais des comme nous, ça n'existe pas. Surtout avec gants Mapa.

2017-06-18 14



2 heures d'attente au bac, c'était prévu mais on espérait un café, un peu de chaleur. C'est dimanche, tout est fermé, on trouve un container en cours d'aménagement dans lequel on se fait tout petit. Les toilettes sont chauffées, elles sont propres et confortables, pourvues de douches et WC,  c'est un coin agréable mais il faut quand même laisser la place au suivant.

Échanges avec le Lorrain parti seul de Phalsbourg en mode camping sauvage, soutenu par sa mascotte sur la sacoche arrière et les photos de ses femmes sur la sacoche avant. Lui aussi a croisé l'Allemande partie sous la neige du Cap Nord pour Gibraltar. Mais qui ne l'a pas rencontrée ?

2017-06-18 19


On quitte le Lorrain à la sortie du bateau, il se rend à Tromsø par la route du sud, on a choisi la route du nord. Il a fait l'erreur de suivre les conseils du Parisien (celui avec un camping car et des bouteilles de pastis cachées  au milieu des produits lessive car il n'a pas le droit de transporter du pastis). Le Parisien nous a fait tout un plat de la montée difficile qui nous attendait. Ne jamais écouter les conseils des autres !!! Cette seconde demi-étape est en fait superbe : un vent léger dans le dos, la pluie a cessé, 20 kms plats pour contourner un fjord, une montée légère pour nous amener 150 mètres plus haut à un paysage qui annonce déjà les hauts plateaux des dernières étapes,  végétation rase, quelques bouleaux, des lacs de montagne, un peu de neige. Ils sont fous, ces Parisiens.

2017-06-18 19


Cerise sur le gâteau : on fait étape dans une maison 'cottage' plantée juste au dessus de l'eau, accueillis par des rênes et 4 bières au frigo.
C'est dimanche soir,  tous les magasins sont fermés, le risotto et les champignons ont fait 110 kms et ce sera bon.

Posté par jagich à 20:02 - Commentaires [6] - Permalien [#]
17 juin 2017

Samedi 17 juin. Sortland - Hamn i Senja. Km 4,316.

2017-06-17 17



Comment faire 115 kms vent contraire pour attraper un bateau qui part à 13 heures?
C'est notre challenge du jour, on doit quitter les Vesterålen pour se rendre sur Senja, une île recommandée par les guides touristiques, qui se trouve être sur notre route pour le Cap Nord.
Réveil 4h30, c'est comme si on partait pour un raid en montagne. A 5h30, on franchit déjà le pont qui enjambe Sortland - les ponts ont à peu près tous le même profil, une belle rampe ascendante à 10% suivie de la même rampe descendante, et en général un vent assez violent pour corser l'affaire.

2017-06-17 14


Il fait ni chaud ni froid - 8 puis 9 degrés - mais au bout de 50 kms de poursuite contre le vent du nord, dans une nature de plus en plus sauvage - une végétation qui disparaît peu à peu - le pont de Risøyhamn est fatal à Nicole qui commence à crever de froid. Un panneau "Kafé 1 km" suffit à la faire craquer, on quitte la route à la recherche du café. Bonne nouvelle : on trouve le café, au milieu du village, une jolie petite maison qui semble très accueillante.... mais qui ouvrira à 10 heures, on a 2 heures d'avance et les doigts de Nicole n'attendront pas. Un voisin s'en mêle, nous explique gentillement qu'on ne trouvera rien sur notre route.... mais il veut bien nous offrir un café. Ce seront 15 minutes de repos au chaud chez Harrald Dahl, un vieux monsieur retraité  qui vit seul "excusez moi je n'ai pas nettoyé je ne vous attendais pas", il travaillait à Oslo et a emménagé au 1er avril dans cette maison dont la pièce principale donne directement sur le fjord, plein soleil,  "je suis heureux". On lui souhaite bien sûr de conserver ce bel enthousiasme pour cette nature qui le nourrit.

2017-06-17 17


Le mari de la soeur de sa mère  (my uncle) est un peintre qui lui a laissé quelques jolis tableaux exposés dans son salon, dont un portrait de sa mère. Il vit avec une vieille 403 Peugeot qu'il est fier de nous montrer, on vient de France, sa voiture vient de France, on devient amis.

 

2017-06-17 14

Le 1/4 d'heure passé autour du café nous a réchauffé coeur et corps, on attaque avec un gros moral la seconde partie du parcours.


Choix de la côte ouest bien sûr, même si elle nous coûte 10 kms de plus que la côte est. On roule sur une route secondaire, dans un paysage rapidement pittoresque. A droite la montagne et les immenses pierriers qui viennent mourir sur la route, à gauche la mer et quelques plages de sable blanc. Les camping cars ne se privent pas de passer la nuit en mode sauvage. On aperçoit même des tentes, des feux de camp, trop tôt pour les saucisses mais peut être le bon moment pour se réchauffer?

2017-06-17 14


Un vent encore un peu plus violent sur la fin, un arrêt sandwich à Stave camping  -  on ne peut pas dire que les tentes soient les unes sur les autres --, un petit col à passer pour contourner la montagne, les derniers kms près d'une plage au sable blanc - on aurait juste le temps d'un plouf rapide dans l'eau mais on ne va pas mélanger tous les plaisirs.

2017-06-17 17

Le ferry nous amène sur l'île de Senja à Gryllefjord, on a un créneau grand beau temps de 3 heures. Juste le temps de faire nos 8 derniers kms, prendre photos et bière, on verra la suite demain.

2017-06-17 16


La bonne surprise : depuis 2013, le tunnel a  été percé, on évite une belle montée  pour traverser la montagne.

La suite est un p'tit coin de  paradis. Pour ses 125 kms du jour, Nini l'a bien mérité. 

2017-06-17 16

Posté par jagich à 17:11 - Commentaires [8] - Permalien [#]
16 juin 2017

Vendredi 16 juin. Kabelvåg - Sortland. Km 4,193.

Réveil surprise de Gigi qui nous a préparé une table parfaite pour le petit déjeuner. Comme il le fait chaque matin à la maison, tout est en place : café, thé, miel, yoghourt, pâtes au saumon. "Venez, car tout est prêt" nous dit-il avec une mine réjouie. Il ne manque qu'Annick dont c'est aujourd'hui le 39ème anniversaire de mariage, - patience Annick, dans 15 jours on t'aura libéré Gigi.

2017-06-16 17


Un départ dans la brume, avec un objectif mal défini : course contre la montre pour prendre le ferry à Fiskebøl à 10h30 ou à 11h50 ? La décision est prise au bout de 6 kms, envie de prendre tranquillement un café à Svolvaer, petit port étape de Hurtigruten. Sur la place du marché, Nicole résiste à l'envie de dévaliser la boutique de pulls norvégiens - elle craquera un jour, c'est certain, mais le plus tard possible.

On ignore les recommandations du cycliste norvégien rencontré hier : comment suivre les conseils d'un pro qui vient de faire 240 kms en 1 jour, et qui te suggère d'éviter le ferry en faisant le tour du fjord ? "Bien sûr" lui a t-on menti, mais il est clair qu'on ne va pas se taper 25 kms de plus un jour de pluie.

2017-06-16 17


La traversée en ferry est trop courte à notre goût, on se sentait tellement bien au chaud avec notre café, un moment qu'on aurait aimé prolonger -  la question d'un aller retour supplémentaire se pose !

 

2017-06-16 17


Dès la sortie du ferry, il se met à tomber une petite pluie fine et légère,  les 45 derniers kms contre le vent de l'est ne sont pas les plus agréables, la température est descendue à 11 degrés... brrr, on se dit que ce serait pire si le vent était violent.

On a quitté les Lofoten,  on est maintenant dans les Vesterålen, un paysage légèrement nouveau, plus campagnard. Les montagnes ont disparu, mais la mer est toujours là.

2017-06-16 17

Hytter en haut de la ville, loin de la mer, patron pas très aimable, ça commence à sentir le brûlé dans la cuisine, il appelle Helen qui ne vient pas.

Je me demande combien d'années de mariage..

 

Posté par jagich à 17:27 - Commentaires [7] - Permalien [#]
15 juin 2017

Jeudi 15 juin. Valberg - Kabelvåg. Km 4,101.


Ce n'est pas le signe d'une grève générale, mais la journée démarre au tarot. La pluie fine qui inonde notre terrasse doit cesser à 9h30, c'est le site météo Norvège yr.no qui le dit. Un site que j'utilise avec succès chaque jour, la météo est assez fiable sur 2 jours. Au delà, le temps est imprévisible.

On est entré depuis hier à l'intérieur du cercle des 1000 derniers kms, c'est le moment de commencer à retenir les étapes, rouler plus lentement comme on ralentit la lecture d'un livre qu'on aime bien et dont on n'a pas envie de tourner la dernière page.
C'est exactement l'esprit du programme du jour avec ses 50 kms prévus au départ.

2017-06-15 17


La route longe la mer direction nord, on roule à vive allure vent arrière sur une côte de granite rose, de belles plages de sable blanc qui incitent à la baignade... mais c'est trop tôt pour Nicole.

2017-06-15 17


Traversée du fjord sur un pont, rafales à 12m/s,  on croise un cycliste qui pousse son lourd barda vent de face, c'est dur, il nous salue avec l'enthousiasme d'un mineur qui vient de percer le tunnel et tombe sur l'équipe d'en face. Etreintes, embrassades, Bernard a du mal à s'en dépatouiller.

Km 40, on est proche de l'arrivée, Nicole craque. Elle a vu sur la carte un petit village, Henningsvaer, situé au bout du cap, plein sud, détour de 16 kms. Le routard présente l'endroit comme la Venise Norvégienne, Nicole pense à sa Venise Savoyarde, on craque à notre tour, qu'est ce qu'on ferait pas pour Nini.

2017-06-15 17


On avance plein sud, le long des falaises d'école d'escalade, Bernard est ravi.

2017-06-15 17

2017-06-15 17


Pour nous, c'est une lutte contre les bosses et le vent, une façon de mériter notre lunch au Klatrekafeen, le bistrot chaleureux lieu de rendez vous des alpinistes.

2017-06-15 17


Fin d'étape cool, visite à Kabelvåg de la plus grande église en bois de Norvège - l'église d'hier était bien plus jolie - et installation dans notre hutte de luxe, chambres au rez,  salon - cuisine à l'étage,  face à la mer.... Des habitudes qui commencent à s'ancrer.

Posté par jagich à 17:49 - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 juin 2017

Mercredi 14 juin. Reine - Valberg. Km 4,028.

2017-06-14 18


La soirée d'hier s'est achevée dans une de ces auberges chaleureuses de Reine, certainement connue de tous les guides touristiques.
Anecdote du soir : après avoir commandé 2 plats de cod et 2 plats de stockfish (cod = stockfish = bacalao), on attend notre repas jusqu'au moment où la serveuse vient nous demander si on désire un dessert ou un café. Moment d'incertitude vite comblé par l'éclat de rire de la demoiselle qui réalise son temps d'avance.
Retour au bercail vers 21h30, 6 kms bien gérés dans une luminosité parfaite, les maisons de pêcheurs offrent à la mer un reflet 'carte postale'. Seule erreur du jour : on est sur la côte Est, on ne verra pas de coucher de soleil,  les montagnes à l'Ouest sont trop proches et trop hautes.

2017-06-14 18


Au réveil, on est surpris de voir que le soleil a perdu la bataille de la nuit, les rouleaux de nuage qui l'attaquaient à la tombée du jour ont posé ce matin une bonne brume. Mais pas de pluie.

2017-06-14 17



Plafond bas, comme parfois en montagne (mais c'est vrai qu'on est en montagne), on quitte notre rorbuer en longeant la mer. On peut éviter les tunnels par l'ancienne route qui nous offre un chouette panorama vers le nord, montagnes,  montagnes et montagnes. En bord de mer, peu avant Ramberg, premières plages de sable, mais Nicole n'insiste pas pour la baignade.

20170614_164926


Rencontre du cyclo Allemand qu'on avait quitté samedi à Ørnes, - celui qui tire un chariot avec son vélo électrique, 2 batteries et une autonomie de 150 kms - retrouvailles chaleureuses, chacun explique à l'autre son parcours. Sans doute plus malin que nous (et surtout plus libre car il a sa toile de tente), il a opté pour passer 3 nuits près de Fredvang, petite localité à 15 kms de Moskenes,  sur la côte Ouest, un camping au bord de la plage face au soleil couchant, aucun obstacle pour cacher le soleil - mais attention à ne pas le regarder trop longtemps les yeux dans les yeux - il est radieux, il a encore la larme à l'oeil.
Take care !  Je crois qu'on ne se reverra plus, il quitte déjà les Lofoten.

2017-06-14 17


Direction Nusfjord pour prendre un chalutier qui doit nous mener à Ballstad. Un choix de parcours qui nous évite le tunnel sous le fjord de Leknes, avec sa chaussée humide et sa pente à plus de 10%. On a bien fait de réserver,  on est seul à bord, le bateau (pour randonneurs et cyclistes) fait une seule traversée par jour à midi,  à condition qu'il y ait au moins 4 personnes. Tel +47 46 83 30 02.

2017-06-14 18


Fin d'étape entre Leknes et Valberg, avec le ressenti d'être quelque part dans le Beaufortin, pourquoi pas au Cormet de Roselend.
Si j'étais médecin,  c'est là que j'enverrai mes patients.  Vous voulez la mer ? Voilà en prime la montagne.  Vous voulez la montagne ? Voilà en prime la mer. Vous souffrez d'insomnie ? Soleil de minuit,  pas de nuit, pas d'insomnie.

2017-06-14 18


A ne pas rater : la katolsk kirske sur la route 815, peu avant la bifurcation vers Stamsund, une toute petite église qui incite à l'organisation d'une belle cérémonie.

2017-06-14 18


Notre camping du soir est exactement l'endroit où on a envie de s'arrêter après une journée de plein air. Maison de pêcheurs sur pilotis dans la baie, une terrasse pour abriter les vélos,  un grand lit pour Nicole et Bernard.
Il reste à se faire cuire les patates, la journée sera belle et nos vélos seront contents.

2017-06-14 20

Posté par jagich à 18:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 juin 2017

Mardi 13 juin. Saltstraumen - Bodø - Reine. Km 3,950.

 

2017-06-13 13

Un ciel parfait et calme hier soir pour observer le soleil de minuit, le même ciel ce matin, température à 22.... Nicole commence à se demander si elle est vraiment en Norvège, mais le bon petit vent qui agite violemment les drapeaux norvégiens la ramène à la réalité.

 

30 kms vent de face puis vent arrière jusqu'à Bodø, on est largement en avance à l'embarcadère.

2017-06-13 12

La piste cyclable traverse une cour d'école, on envie les enfants du pays le plus heureux du monde. Des vélos partout dans la cour, des écoles complètement ouvertes, pas de mur à franchir pour s'y introduire ou s'en échapper, des installations ludiques et sportives en quantité, des cours 5 jours par semaine de 8h30 à 14 heures, apprentissage naturel de l'anglais... les profs nous expliquent avec enthousiasme les conditions dans lesquelles ils travaillent. On a envie de s'inscrire.

2017-06-13 12

Bodø n'est pas une très belle ville, mais c'est le terminus du train, et le port d'embarquement pour les Lofoten.  Ambiance nouvelle : des gens bronzés avec de gros sacs, des chevelus, des barbus, des qui ont visiblement des ampoules aux pieds, des fatigués....on croise ceux qui sortent du bateau l'air hagard, c'est le monde impitoyable des randonneurs.

 

Arrivés sur l'île, on met le cap au sud,  5 kms seulement pour atteindre le dernier village Å - pour les amateurs de mots croisés, on peut aussi écrire AA -,  c'est au large de Å que se déroule la nouvelle du maelström d'Edgar Poe, mais on ne le verra pas, il faudrait un bateau (ou un tonneau ?) pour s'en approcher. 

2017-06-13 17

Sous ce ciel bleu, le contact avec les Lofoten est immédiat. On se sent tout petit au pied des gigantesques montagnes qui nous entourent. Étrange cohabitation mer - montagne, on est en admiration devant les randonneurs à pied qui doivent laisser là pas mal de sueur.  Pour nous, c'est plus facile, la route trouve son chemin le long de la mer, c'est roulant et la vue est belle.

 

Fin d'étape à Reine dans un rorbuer - imitation de maisons de pêcheurs - on y a dormi il y a 4 ans, c'est là que Christian nous avait appris à nettoyer la chaîne avec sa brosse à dents. Il faut dire qu'il avait pris des cours de mécanique auprès d'un réparateur vélos. Bernard n'est pas tenté.

2017-06-13 17

 

Posté par jagich à 17:31 - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 juin 2017

Lundi 12 juin. Saltstraumen. Repos.

2017-06-12 16

 

Le temps passe vite quand on se met au repos. Le corps est une belle machine, capable de faire 7 heures de selle, aussi bien que 7 heures de sieste. 

 

16h30. On a eu le temps d'aller prendre notre café terrasse (pas bon le café,  mais le refill est gratuit, qu'elle chance !), revoir le maelström au pic de sa phase montante, grignoter notre omelette aux chanterelles et lardons, faire un bout de sieste.  Il nous reste à assurer le rendez vous de 19h45 pour montrer aux nouveaux le maelström dans sa phase descendante, et ce sera le moment de se boire la bouteille de blanc, la première depuis 3,800 kms.

17h. Le maelström s'est calmé, Nicole ne résiste pas au plouf dans l'eau - 14 degrés dit elle - c'est contagieux, on y passe tous. Je crains qu'elle nous impose ce régime chaque jour.

2017-06-12 17

20170612_202234

Le maelström.....

A la vue de la montée de la marée ce midi, chacun donne son image du spectacle. La lave d'un volcan,  une crème au chocolat,  une envie de surfer sur la langue du courant, la vision d'un groupe d'écoliers qui se pressent pour entrer en classe (poussez pas derrière).... c'est grisant,  difficile de détacher son regard de ce flux qui roule à 30-40 kms/h - une moyenne qu'on ne tiendrait pas longtemps à vélo.

2017-06-12 16

2017-06-11 10

L'arrivée de Nini et Gigi hier soir a bouleversé nos habitudes. Nouvelle répartition des couples, cohabitation à 4 dans un espace prévu pour 4,  négociations autour d'une nouvelle diététique....  le temps de constater que nos tenues ne sont pas homogènes, on pense avoir pris nos marques et on pourra repartir demain.

IMG-20170612-WA0001

IMG-20170612-WA0002

Il reste encore à vider le frigo - ce sera le but du repas ce soir - pas question de charger les bicyclettes avec des vivres, et à nous les Lofoten. 

 

 

 

 

 

Posté par jagich à 17:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 juin 2017

Dimanche 11 juin. Saltstraumen. Repos.

Le programme du jour :

8h40 Lever

9h15 Atelier lavage tenues vélo 

10h00 Atelier nettoyage - réglage vélo

13h13 Pic d'entrée du maelström 

14h00 Promenade à pied sur le pont

19h15 Arrivée de Nini et Gigi à Bodø - 30 kms

19h16 Pic de sortie du maelström 

22h00 Dîner d'accueil - Salade de tomates aux avocats et saumon - Bacalao

24h00 Coucher du soleil

00h00 Lever du soleil

 

2017-06-11 10

.

Posté par jagich à 11:10 - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 juin 2017

Samedi 10 juin. Ørnes - Saltstraumen. Km 3,823.

2017-06-10 15

Un début d'étape matinal dans des conditions parfaites, ciel tout bleu sans nuage,  tenue d'été,  la route longe la mer un moment (pas le fjord - la mer !), on passe même devant notre 1ère plage de sable, c'est bon.

Puis on s'enfonce dans la montagne, on change complètement de paysage, entre lacs et montagnes. Puzzles.

2017-06-10 08

2017-06-10 08

Km 30 on quitte la route qui mènerait directement à notre destination, pour faire le détour par l'île Sandhornøya. En 5 minutes de ferry,  ça nous permet d'éviter quelques tunnels, mais surtout d'aller faire un tour sur l'île,  voir comment c'est.

Au centre une montagne qui occupe la moitié de l'espace, en complique l'accès, on ne peut que faire le tour de l'île.  A notre surprise c'est habité, un habitat assez dispersé mais tout aussi dense que ce que l'on voit depuis 1000 kms. Que font les gens ? De quoi vivent ils ? Font ils partie des gens les plus heureux du monde, comme leurs frères norvégiens ?

Très peu d'autos, il règne un calme apaisant. La montagne couvre de son ombre la moitié de l'île,  que doit il rester comme lumière en hiver?

2017-06-10 17

Au fond de l'île une carrière de pierre, qui regroupe  peut être toute l'activité économique de l'île. 

2017-06-10 17

En tout cas un endroit plaisant, couvert de bouleaux, des criques,  des plages.

 

2017-06-10 17

On en sort par un pont qui rejoint la route 17, il nous reste des bosses à parcourir, de bonnes bosses sur un revêtement parfait.

 

Au total une bonne centaine de kms, 1000 mètres de montées, lever tôt, arrivée tôt. ... besoin de faire la sieste.

 

On est arrivé au pays du Maelström, on le quittera avec Nicole et Gigi mardi matin. D'ici là, on a quelques séances de tourbillons en perspective - voir récit de Edgar Poe sur la façon de se sortir des tourbillons du Maelström assis sur un tonneau.

Posté par jagich à 17:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 juin 2017

Vendredi 9 juin. Kilboghamn - Ørnes. Km 3,715.

2017-06-09 11

Sur les conseils de notre hôte, on fait le plein d'eau avant de quitter notre hytter. Le pays est tellement gorgé d'eau que le camping dispose bien sûr de sa propre source, une eau plus pure que pure, que le patron a l'autorisation d'utiliser sans produit chimique additionnel - "il n'existe que 3 sites comme ça en Norvège,  je peux vous en donner les adresses".

 

On a devant nous une étape repos en sauts de puce, au programme 3 bateaux, seulement 70 kms de route sportive, toujours les mêmes raidillons à 10%. La seule vraie difficulté : gérer les horaires des traversées, dont les enchainements sont conçus pour les véhicules moteurs.

 

Café du matin à  bord du 1er ferry, celui qui va nous faire traverser la ligne bleue du cercle polaire. Anecdote :  On dit qu'à bord de Hurtigruten, au passage du cercle polaire, le capitaine passe dans les rangs pour poser avec délicatesse une coupe de champagne dans les mains de chacun, suivi de près par le matelot chargé de demander le numéro de cabine pour en permettre la facturation. 

 

 

2017-06-09 14

Pas de cérémonie initiatique,  mais pour célébrer ce passage mythique, j'ai lavé mon maillot, Bernard ses chaussettes. Moment d'émotion collective à bord, bousculade pour capturer la photo de la ligne imaginaire en face du globe terrestre qui symbolise cette ligne, on appartient tout d'un coup au monde de ceux qui sont à l'intérieur.

 

2017-07-17 08

2017-06-09 17

Il s'en suit une course contre la montre limitée à 1h20, le prochain port est à  30 kms, il faut passer à travers les 2 montagnes qui séparent les fjords. On remercie le tunnelier d'avoir percé un beau trou de 3 kms, moitié en montée, moitié en descente bien rectiligne, c'est grisant. Une fois encore, on arrive 5 minutes avant le départ du second ferry. Gagné ! 

 

2017-06-09 14

Pour la dernière traversée,  il nous reste à faire tout le tour d'un fjord - un pont ou un tunnel sous la mer nous auraient simplifié la tâche - on dispose de 3 heures pour faire les 30 kms restants,  une fin d'étape en roue libre.

 

2017-06-09 14

A Ørnes, on passe comme 2 bobets chez le réparateur vélo. Pour mon frein avant, il suffisait de visser l'écrou de réglage de la tension. Pour Bernard, c'est bien plus grave encore.  Le petit clic régulier qu'on entend à chaque coup de pédale provient du frottement du compteur de tours contre les rayons. 

On se console en se disant que réparer des vélos est un vrai métier.

Et qu'un jour on s'offrira un stage chez un réparateur vélo. 

 

 

2017-06-09 17

 

Posté par jagich à 17:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]
08 juin 2017

Jeudi 8 juin. Nesna - Kilboghamn. Km 3,645.

2017-06-08 16

Cette fois, c'est baptême des tunnels pour Bernard, puisqu'on va passer près de 10% du trajet dans le noir, à l'abri des regards et du vent, le vent qui prend de plus en plus de puissance en montant vers le nord. Il a soufflé fort toute la nuit, et il ne s'est pas toujours pas couché à notre réveil, on s'attend à une matinée challenging.

 

Notre parcours pourrait être très simple si on prenait le bateau pour Stokkvågen, moins de 15 kms à vol d'oiseau. Mais le panorama que nous offre l'ascension vers le haut du fjord vaut tous les bleus du monde, et ce n'est pas 500 mètres de dénivelé contre le vent qui nous effraie. Mais pas plus.... La montée à 10% nous laisse largement le temps d'observer les cascades et chutes d'eau, un jaillissement d'eau en haut de la montagne qui révèle une puissance phénoménale.

2017-06-08 16

2017-06-08 16

 

2017-06-08 17

Au km 30, on est au bout du fjord, c'est le moment de passer sur l'autre rive avec vent arrière, on change de bobine, ce n'est plus le même film. Facile. Et quand ça devient difficile, un long tunnel nous permet de passer la difficulté, on est dans le noir, pas vu pas pris.

 

2017-06-08 16

2017-06-08 16

Une dernière bosse en fin d'étape, jusqu'au point le plus élevé où Christian hurla KILBOGHAMN il y a 4 ans, mais je sais que ce n'est pas fini et garde mon énergie pour les derniers raidillons.

 

On cotoye les rennes en troupeau libre, un autre type de baptême pour Bernard qui aura même connu la neige avec ses derniers névés aujourd'hui.

 

2017-06-08 16

Encore une belle journée volée au temps, 25 degrés au soleil, 10 degrés dans les tunnels, 1000 mètres de dénivelé.

A notre étonnement, notre ville étape n'est qu'un port embarcadère. Pas d'habitation, pas de café, pas de super marché. Mais des hytters, et on va se débrouiller ce soir avec nos restes de couscous et de spaghettis.

Et demain, on trouvera bien quelque chose pour célébrer notre entrée dans le cercle polaire.

 

 

 

2017-06-08 16

 

 

2017-06-08 16

Posté par jagich à 17:01 - Commentaires [8] - Permalien [#]