2017-06-22 18


On a du mal à imaginer la canicule en France. Après une journée passée avec une température constante de 8 degrés,  on se demande si l'été a déjà commencé ici.
En file indienne face au vent du nord, chacun est dans sa bulle ce matin, à se demander à quel froid on va se faire geler. Un itinéraire entièrement fjord, pas spécialement scénique, mais roulant. Il faut en profiter car c'est notre dernier fjord, puisque demain on traverse les hauts plateaux, samedi on longe la mer, et dimanche on est sur l'île du Cap Nord.

Quelques souvenirs du jour :
. le passage devant le faux camp de vrais samis, ceux qui voient passer des troupeaux de touristes - mais où sont les bons vieux troupeaux de rennes?

. Le troupeau de 2 vaches - c'est tellement rare.

2017-06-22 17


. le percement du tunnel au cap, on pourra le prendre si on revient dans 4 ans. Travaux d'Hercule !

2017-06-22 17

. la petite église de Kvenvik, et son hommage aux travailleurs des mines de cuivre.

2017-06-22 17


. les aventures du cuirassé Tirpiz - voir Routard
. une légère frustration quand même, à une vingtaine de kms de l'arrivée, quand on aperçoit un pont qui a vraiment belle allure, il débouche sur un tunnel interdit aux cyclistes.

2017-06-22 17


. le détour par la montagne, qui nous permet d'aller (enfin) nous réchauffer au klubb house du golf local, un bon moment d'échange avec un travailleur du golf qui nous explique les samis,  les troupeaux de rennes,  les saisons, la météo, le site yr.no.

Une journée passée sur le thème des samis, on est entré dans leur territoire le Finmark, 75000 habitants, et certainement plus de rennes.

2017-06-22 17



Notre camping de Langfjordbotn nous a présenté hier, dans la maison de la grand mère, une expo brève mais intéressante sur la vie des peuples samis.

La grand mère a de quoi être fière de ce qu'est devenu son domaine, et de la gentillesse de son petit fils qui nous réserve un accueil des plus chaleureux.

2017-06-22 17


Quelques notes tirées de ci de là sur samis et Finmark :

Au Finnmark, la puissance de la Terre tombe sous le sens. L'hiver, la nuit polaire enveloppe tout, les aurores boréales enflamment et drapent le ciel de rouge profond, de vert tendre, de blanc laiteux. L'été, le soleil de minuit brille. Soudainement, les nuages se font gris anthracite ou rose poudré, le vent cingle les visages, le brouillard enserre les corps, les vagues se brisent contre des falaises acérées ou déferlent sur des langues de galets.

"Mon père, éleveur de rennes, avait une vision animiste du monde. Il pensait, comme nombre d'anciens, que cette nature prégnante possédait une âme et que les montagnes, les rochers, les lacs pouvaient aider les gens qui leur adressaient des prières”, confie Esther Utsi, la chamane aux yeux doux et perçants.

Une expo qui inspire admiration et respect.

Je me dis que, nés à notre époque sur notre méridien et à notre latitude, on s'en sort pas trop mal.
Et que si j'étais un renne,  je n'aimerais pas être un garçon.

 

2017-06-22 17